Que savoir sur l’activité économique de La Réunion Pré et post-Covid-19 ?

Que savoir sur l’activité économique de La Réunion Pré et post-Covid-19 ?

Création de startups, d’entreprises, capacités d’innovation, départements de croissance, compétences et domaines d’excellence, etc. L’économie de La Réunion est toujours en activité. Cependant, le compte économique rapide de la Réunion indique que la perte d’activité directe liée à la crise sanitaire du Covid-19 à La Réunion est estimée à 28 %. Il est légèrement inférieur au niveau national qui est de 33 %.

Activité économique de La Réunion post-Covid-19

Les industries les plus touchées sont notamment l’hôtellerie et la restauration (-84 %), la construction (-80 %), le transport (-65 %) et le commerce (-60 %). Le résultat inévitable d’une activité réduite est une augmentation du chômage. Le seul point positif est que le confinement et le ralentissement de l’activité économique ont également conduit à une réduction significative de la consommation d’électricité à La Réunion bien que les sources d’énergie renouvelables comme les hydrauliques, les éoliennes, la photovoltaïque, représentent désormais 30% de la production d’électricité. Cette baisse est principalement due à la fermeture de nombreux établissements comme les magasins, les restaurants, et au ralentissement d’autres activités commerciales.
Ce qui est bon pour l’environnement, c’est que la baisse du trafic routier se traduit par une baisse des émissions de gaz pouvant atteindre -70%.

Activité économique de La Réunion pré-Covid-19

Économie active et développée

La structure économique de la Réunion est un pays développé. Sur le territoire, le principal moteur de l’économie insulaire reste le tertiaire, et de grands groupes et autres grandes sociétés cotées en bourse y sont nombreuses. Le développement du secteur tourisme est également une priorité pour l’île. Environ 500 000 personnes choisissent la Réunion chaque année.
L’agriculture et l’élevage se sont diversifiés et répondent désormais à 75% de la demande de l’île en produits frais.

Taux de croissance supérieur à la métropole

Depuis les années 70, l’économie de l’île a augmenté de 5%, principalement en raison du fort développement de la production locale, qui a réduit les importations. Malgré la dégradation de l’environnement mondial, en particulier son impact sur l’emploi, la croissance reste supérieure à celle du territoire national. En 2018, le PIB a même dépassé les 18 milliards d’euros, soit une augmentation de 3,2%.

Omniprésence des grands groupes

Dans la plupart des régions, de grands groupes nationaux et internationaux se sont avérés être des acteurs de premier plan dans l’économie de l’île. Après Paris, La Réunion reste le département français le plus omniprésent au niveau des médias écrits, en ligne ou audiovisuel.
Dans le domaine du financement, les principaux acteurs du financement des entreprises sont les établissements publics, la Caisse des Dépôts et Consignations et l’Agence Française de Développement.

Activité économique de La Réunion post-Covid-19

Les industries les plus touchées sont notamment l’hôtellerie et la restauration (-84 %), la construction (-80 %), le transport (-65 %) et le commerce (-60 %). Le résultat inévitable d’une activité réduite est une augmentation du chômage. Le seul point positif est que le confinement et le ralentissement de l’activité économique ont également conduit à une réduction significative de la consommation d’électricité à La Réunion bien que les sources d’énergie renouvelables (hydraulique, éolienne, photovoltaïque, etc.) représentent désormais 30% de la production d’électricité.

Tagués avec : , , ,