Situation économique de Madagascar selon la Banque Mondiale

Situation économique de Madagascar selon la Banque Mondiale

Située dans l’océan Indien à l’est et du Mozambique, Madagascar est la cinquième plus grande île du monde, avec une superficie de 587 000 kilomètres carrés et 25,6 millions d’habitants. Malgré de nombreuses ressources naturelles, le pays a toujours l’un des taux de pauvreté les plus élevés au monde.

Contexte économique

L’économie est toujours dynamique, mais en 2019, elle montre quelques signes de faiblesse. Madagascar est soumis à la double contrainte d’amortissement de la demande extérieure et de mise en œuvre des dépenses publiques liées à l’entrée en fonction du nouveau gouvernement. Une augmentation de 5,1% en 2018 a été notifiée, tirée par les industries axées sur l’exportation ainsi que par le transport, la construction et la finance. Néanmoins, la croissance économique devrait se stabiliser autour de 4,7% en 2019, ce qui augmentera le revenu par habitant en 2020 de 2%, ce qui est beaucoup plus élevé que la moyenne de 0,3% en Afrique subsaharienne.

L’ambitieux plan d’investissement public et la nouvelle confiance après les élections porteront la croissance à 5,3% en 2020, puis se stabiliseront autour de 5% à partir de 2021. Toutefois, une augmentation substantielle des déficits budgétaires, et parfois la prolifération de partenariats public-privé dans des cadres juridiques et institutionnels ambigus peuvent avoir un impact majeur. Elles sont notamment entraînées par ces investissements.

Ces développements mettent en évidence l’importance de renforcer le cadre institutionnel des PPP et de créer l’espace budgétaire essentiel pour soutenir les dépenses publiques prioritaires. Cela signifie accorder plus d’attention à la mobilisation des recettes parafiscales et fiscales, qui demeure l’un des pays à faible revenu de l’Afrique subsaharienne.

Bien que la croissance se soit poursuivie ces dernières années, on dit que la pauvreté n’a que légèrement baissé, passant de 77,6% en 2012 à 74,1% en 2019, ce qui est beaucoup plus élevé que le seuil moyen régional. Également, le secteur agricole, qui représente la grande majorité de la population, a joué un rôle déterminant dans l’évolution de la pauvreté de la grande île. Cependant, la croissance de la production agricole ces dernières années est encore trop faible et instable, et est généralement inférieure à la croissance démographique.

Selon les dernières données officielles, les conditions de vie de la majorité de la population sont encore difficiles, notamment le faible taux de fourniture d’électricité de 13%.

En termes de parité de pouvoir d’achat, la population du pays peut vivre avec moins de 1,90 dollar par jour, ce qui en fait l’un des pays les plus pauvres du monde.

Tagués avec : ,